Projet PECOBAT

Projet PECOBAT : Amélioration de l’employabilité des jeunes et des capacités des PME par le développement du sous-secteur du BTP en matériaux locaux et de la formation professionnalisante dans les chantiers écoles construction
Budget : 6.700.000€ dont 3.200.000€

Zone(s) d’intervention (Wilaya) : Nouakchott – Guidimakha (Sélibaby) – Gorgol – Brakna – Trarza

Pilier du consensus européen : Prospérité

ODD : Travail décent et Croissance économique

Levier 1 : Croissance forte, durable et inclusive

Chantier stratégique de la promotion du secteur privé et de l’amélioration de la pratique des affaires

Contact : Sidi Mohamed Cheikh – Coordinateur du projet – [email protected]
Federico Barroeta – Conseiller Technique Principal Emploi – [email protected]

2. Contexte et enjeux de l’Action

Malgré son statut de pays à revenu intermédiaire, la Mauritanie accuse des déficits considérables en matière de développement social : un indice de développement humain assez bas (161ème rang sur 187 pays), des taux de pauvreté (40%) et d’analphabétisme (48%) élevés, et une prépondérance d’emploi vulnérable dans l’économie informelle (67%). Dans le document de stratégie d’intervention dans les pays à revenu intermédiaire (PRI) du BIT Afrique, la Mauritanie occupe le 20ème rang parmi les 28 PRI africains et est considéré comme un pays affecté simultanément par des déficits économiques, sociaux et de gouvernance.

Les zones d’intervention du projet PECOBAT sont les Wilayas de Brakna, de l’Assaba, du Gorgol et du Guidimakha. Ce sont des zones considérées comme extrêmement pauvres. Plus particulièrement, le Guidimakha et l’Assaba qui ont un taux de pauvreté supérieur à 40% selon l’Office Nationale de la Statistique (2014). Ces zones sont caractérisées par une forte prédominance de population jeune et de l’emploi précaire, ce qui a des effets directs sur les migrations en Mauritanie.

La stratégie du projet s’appuie sur les trois piliers suivants : (i) la formation professionnelle et l’insertion, (ii) la création d’infrastructures, et (iii) la promotion d’activités économiques pour dynamiser le processus de développement local dans le Brakna, le Gorgol, l’Assaba et le Guidimakha.

Le projet inclue donc des actions concrètes sur le terrain, portant principalement sur la création d’emploi à travers des projets d’infrastructures publiques ainsi qu’à travers la promotion de création de petites et moyennes entreprises et le renforcement des entreprises déjà existantes, favorisant l’insertion socio-économique des jeunes à long terme. Le projet met ainsi l’accent sur le développement et la création d’opportunités d’emploi, en prêtant un regard attentif aux secteurs porteurs vecteurs de développement local.

3. Activités principales menées en 2019

• En termes de formations 
Formations diplômantes :
• Formations diplômantes en énergies renouvelables de 86 jeunes de 16 à 35 ans (116 hommes, 40 femmes), de 70 jeunes de 16 à 35 ans (50 hommes, 20 femmes) à Nouakchott
• Formations qualifiantes :
• Formation qualifiante sur les techniques de production BTC à Mbagne de 24 jeunes (17 hommes, 7 femmes) 
• Formation en techniques de construction de bâtiments en terre de 40 techniciens prescripteurs (39 hommes, 1 femme) lors de l’Académie des Entreprises 2019 
• Formation de 22 personnes (19 hommes, 3 femmes), dont 5 décideurs en écoconstruction à Nouakchott.
En termes d’infrastructures
• Achèvement en janvier 2019, des travaux de construction d’une école primaire à Dar Salam (Gorgol) et d’une autre à Sélibabi (Guidimakha) démarrés dans le cadre des chantiers écoles de 2017-2018
• Démarrage en janvier 2019 des travaux de construction d’une école primaire à Mbagne et d’une autre à Gouraye, et poursuite des activités de formation duale des 156 jeunes à Mbagne, Gouraye et à Nouakchott.
• Identification de 3 sites des prochains chantier-écoles en Assaba, pour la construction d’un collège et d’une piste à Kankossa et d’un collège à Sani
En termes d’emploi et insertion
• Octroi de bourses à 166 personnes dans le cadre des formations CC de durée 7 mois entre novembre 2018 et juin 2019
• Octroi de bourses à 21 personnes dans le cadre de la formation pour la production de BTC
• Encadrement et insertion de 18 personnes dans le cadre de la construction de 2 bâtiments (écoles) utilisant la technique de voute nubienne (dont 6 sortants des formations CC de 2017-2018)
Insertion en entreprise de 70 personnes, parmi les 137 personnes sortantes des formations CC dans la période 2017-2018 (51 en entreprise, 19 en auto emploi et 12 en stage d’entreprise)

4. Résultats principaux atteints depuis le démarrage de l’Action

• Avec la modalité Chantier-Ecoles à Haute intensité de main d’œuvre (HIMO), 4 infrastructures de Développement Local construites (4 écoles primaires) et 3 autres en construction (2 collèges, 1 piste routière) avec 392 jeunes de 15 à 35 ans mobilisés en Assaba (Kankossa, Sani), au Brakna (Sélibabi, Mbagne), au Gorgol (Dar Salam) et au Guidimakha (Gouraye)
• En partenariat avec les centres de formation professionnelle publiques, 526 jeunes de 16 à 35 ans formés dans les métiers liés au BTP (392 jeunes en formation HIMO au travers de la modalité chantier école en Assaba (Kankossa, Sani), au Brakna (Sélibabi, Mbagne), au Gorgol (Dar Salam), au Guidimakha (Gouraye) ; et 134 jeunes de 16 à 35 ans formés en énergies renouvelables à Nouakchott
• Centres de formation publics en Assaba, au Brakna, au Gorgol, au Guidimakha et à Nouakchott appuyés techniquement et financièrement pour le développement de formations adaptées aux besoins du marché du travail local. En partenariat avec l’Institut National de Promotion de la Formation Technique et Professionnelle en Mauritanie (INAP-FTP), 3 curricula de formation dans les métiers de BTP revus avec mise à niveau des formateurs sur ces curricula
• Bureau Mauritanien de l’Insertion mis en place pour améliorer l’employabilité des jeunes. 152 jeunes formés dans le cadre de ses activités en Assaba, au Brakna, au Gorgol, au Guidimakha, et à Nouakchott insérés. Un programme de coaching Teampreneurhip mis en place pour la promotion de la l’entrepreneuriat chez les jeunes
• 88 professionnels (80 hommes 8 femmes) du secteur du BTP formés sur des thématiques liées à la conception et construction des bâtiments en terre (ADE 2017, ADE 2018, ADE 2019)
• 52 personnes (45 hommes 7 femmes) œuvrant dans le secteur du BTP formées en Écoconstruction sur le développement durable, l’innovation, et l’urbanisation dans le secteur du BTP
• 22 jeunes (dont 7 femmes) formés sur les techniques de construction de briques en terre compactée (BTC) à Nouakchott

5. Perspectives pour l’année 2020

En termes de formations 
• Formation de 210 jeunes (dont 33 femmes) de la région de l’Assaba, qui ont suivi un processus d’orientation professionnelle et de sélection pour les formations duales « chantier-écoles » HIMO, pour la construction d’un collège et d’une piste à Kankossa, et d’un collège à Sani. Ces formations professionnelles diplômantes portent sur 6 métiers de BTP (maçonnerie terre, maçonnerie générale, topographie, coffrage, terrassier, et ouvriers polyvalents) pour une durée minimum de 7 mois
• Formation Professionnelle continue de 360 jeunes pour l’acquisition des compétences nécessaires (certificat de qualification) pour l’exercice des métiers identifiés pour la création de richesse au niveau local (DEL)
• Formation de 25 personnes sur la passation des marchés et les clauses sociales dans les domaines de HIMO
• Formation de 30 personnes sur la technique de construction des routes Do-Nou à Kankossa
En termes d’infrastructures
• Réception technique et inauguration officielle des 4 écoles construites sous la modalité « chantier-écoles HIMO » à Dar Salam, Sélibabi, Mbagne et Gouraye
• Finalisation de 2  collèges (Sani, Kankossa) et d’une piste rurale (Kankossa)
• Réalisation de la passe de Guerrou, et construction/réhabilitation d’une école au Guidimakha
En termes d’emploi et insertion
• Organisation, accompagnement et réalisation d’un concours de projet d’entreprises entre les jeunes bénéficiaires du projet PECOBAT (au moins 20 projets)
• Formation d’un pool de 10 formateurs pour le coaching en entrepreneuriat
• Renforcer la capacité de gestion et/ou technique de 50 MPME dans les régions cibles.
• Mettre en place au moins 50 conventions d’accompagnement à l’insertion des jeunes dans des entreprises et dans d’autres programmes partenaires du BIT

En termes d’études
• Réalisation d’une étude territoriale multicritères pour l’identification des filières économiques porteuses et l’analyse de leurs besoins en ressources humaines et en formations
• Réalisation d’une étude environnementale stratégique dans les wilayas de l’Assaba et le Guidimakha
• Réalisation d’une étude diagnostique de la situation des déchets ménagers à Kankossa et à Mbagne